lundi, août 07, 2006

Le Prophète

Le Prophète avait perdu son chemin et dans les limbes de la Cour, il errait sans fin, espérant trouver la rédemption à chaque coin d'une ruelle malfamée. Toujours il avait été banni, rejeté. Et après avoir perdu Ris en chemin, il se demandait où aller.

Un cul de sac, une ruelle putride et immonde. Sans autre pensée que l'horreur que ce lieu lui inspirait, le prétendu vieil homme cracha à terre d'un air dégouté, laissant sa salive mal diluée se répandre aux ordures du caniveau qu'était ce lieu.

Au fond de la ruelle, pourtant, il apercut une masse informe. Plissant les yeux, il s'avanca, curieux de cette ombre sans vie qui pourtant semblait porter la symbolique de tant de choses. Mais sa déception le gagna rapidement, car de ce fauteuil miteux il n'y avait qu'a tirer que quelques ressorts et un tissu rapeux.

D'un claquement de langue, et de son pas claudiquant, l'albinos clopin clopant s'apprêta à faire demi tour, mais son geste fut arrêté par la vision d'un être, si crasseux et puant qu'il eut pensé d'abord à quelques démons des enfers. Mais il découvrit vite que la créature s'avancant dans la lumière n'était qu'un enfant, les mains derrière le dos, un sourire torve sur le visage.


Eh bien petit fils de la Souillure, rentre chez toi, ce n'est pas un endroit que les créatures des abysses doivent fréquenter. Viens avec moi et ta rédemption est assurée. Ne le désires tu pas? Tes ailes tu retrouverais et ed nouveau tu pourrais voler vers les nuées ardentes du Royaume des Cieux.

Crois en ta purification fils du Chaos. Car si le feu s'offre à moi, je viendrais tout bruler en ce lieu, et tu pourras te reconstruire, de corps et d'esprit.

Le visage du Prophète était animé d'une moue fanatique, ses mots murmurés lui donnant un air calme, mais il était crispé de tout ses doigts sur sa canne, car dans le regard de l'enfant,il avait découvert l'étincelle du démon, la flamme du Chaos, et d'un pas, il recula.

Ses yeux se plissèrent un instant dans toute leur blancheur, et ce qu'il entendit fut un craquement, puis son propre cri de douleur arraché du bout d'un gourdin affaissé avec violence sur son épaule frêle et cagneuse.

Lachant sa canne, il tomba à genoux, sa main tremblante crispée sur l'épaule brisée à jamais dont le sang s'étalait sur sa cape miteuse offerte par la Pierre, etreinte du Tout Puissant. Elle le protégerait de la folie des hommes et faisant fi de cette douleur, il baissa la tête en une prière, ses larmes glissant sur ses joues à grosses gouttes de misère, baignant les ordures de la ruelle d'un ruisseau salé.

Levant les yeux au ciel tumultueux, il apercut le gourdin de nouveau dont les clous mal planté vinrent se ficher en son crâne en un craquement glutissant, qui lui voila la vue à tout jamais, l'anéantit bel et bien. La noirceur des âmes combattait la Lumière et la Souillure l'emportait. Il ne pouvait pas l'accepter.


Seigneur! Un miracle pour ton serviteur aimant! Accorde moi encore la force de purifier les innoce...

D'un coup transversale, le gourdin lui arracha presque la tête, abattu violemment, brisant sa nuque, dernier son entendu, car déjà il s'évadait en ses pensées, ses rêves à tout jamais.

De la lumière percue dans ses yeux blancs, l'on ne retint qu'une dernière lueur, celle pour son seigneur en un "pourquoi?" de misère, le banissant des portes du tout Puissant à jamais, voué au purgatoire pour avoir douté du Seigneur.

Son corps s'affaissa dans la ruelle ruisselante d'immondices, et sa robe s'écarta doucement. Son visage bien que crispé révéla enfin la jeunesse d'un homme trop vite vieilli par les privations, son corps frêle mais sans ride, seuls ses mains abimées par le froid rude des lointaines contrées de son pélerinage.

Le serviteur du Très Haut avait tenté de raisonner la lumière, mais elle s'était imposée à lui en un flash de sentence. Et la justice des ténèbres l'avait envahie. D'un jeune malfrat en manque d'opium, il venait de jauger la violence. De ces lieux immondes, il aurait un linceul putride et sale comme jamais. Son regard vitreux ouvert aux yeux des hommes et des Dieux, exprima une dernière fois tout ses regrets, péché de doute qui lui refuserait les nuées, et ce, pour l'éternité

_________________
Tremblez Mortels! L'heure de la fin est proche!

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home