mardi, septembre 26, 2006

Hommage de Marlowe's

Avant l'agitation, un corps repose entre les racines. Un corps massif. Veillé par des croassement d'incompréhensions. Dans un crissement de brindilles, des pas s'approchent, avec la lenteur du refus. Les premières feuilles de l'automne, une à une, font linceul au gisant. Ses grands yeux fixant l'azur, le passage des nuages, l'hiver est proche. Il ne clos pas son regard, dernier défi des gueux ne croyant en rien.

On avait un pari en cours grand pendard de Bige. Tu me laisse tant de vin à écluser. Tant de crâne à broyer. Tu vas leur donner du fil à retordre de l'autre coté.

D'une voix atone, un dernier chant, un hommage connu d'eux.

C'est en marchant dans les entrailles
Que les barbares vont à l'assaut
Et par le fer des haches de bataille
Tailler la chair et broyer les os

Garnulf le Haut était immense
Il cassait les arbres en toussant
Il sautait par-dessus les granges
En piétinant les gens c'était marrant


Et puis... Le silence, un spectre livide s'efface dans le lointain. Une nouvelle époque s'achéve. La mémoire transcende.

[mode hrp on]Tu as été un des premiers à m'accueillir à la Cour, me prenant pour un autre, me guidant dans ses méandres, et avant ça, me donnant le goût du rp par ton écriture.

Un duel important, pas vrai le Bige...

Tu vas me manquer. Que la vie t'apporte tes envies. Garde précieusement ton talent. Il est beau.

Je garde le plaisir de l'avoir partagé avec toi...[mode hrp off]

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home