mardi, septembre 26, 2006

Hommage d'Ilmarin

Accoudée à un balcon, respirant l'air vivifiant du Dauphiné, un semblant d'animal volant portait un parchemin. Défaisant le lien qui le retenait en essayant de ne pas pouffer, elle rentre lire la missive tranquillement dans un fauteuil de sa chambre.

Mort... Le bourreau avait succombé non pas aux Serres mais aux griffes de la Mort. Encore un Libertadien tombé. Serrant le parchemin entre ses doigts, elle essaie de se rémomérer sa première rencontre physique avec le Bige étrange.
Une taverne. De la Cour des Miracles. Celle du Rat crevé. Garnulf et d'autres étaient déjà bien connus pour elle, suivant de loin ce qu'elle pouvait capter de leurs rumeurs. Il buvait, chose étonnante n'est-ce pas?, une, non pardon, plusieurs pintes en beuglant après deux personnes dont elle taira les noms qui voulaient se battre en ces lieux neutres que sont les bouges. L'une de ses personnes était morte aussi. Sous des coups plus blafards.
Arrivée en Alençon, elle avait aperçu son physique particulier au travers d'un trou de parchemin huilé masquant une fenêtre de la taverne d'Angelo. Première rencontre dont lui devait se rappeler car, insignifiante qu'elle était, il n'avait pas frappé son esprit... Aelan était là, essayant d'attraper les Serres pour les bouffer, puis Angelo entra en grondant le Bige qui ne tenait pas son rôle de tavernier... Il lui avait "offert" un cadeau: un rat crevé à l'odeur étrange qu'elle s'était empressée de ne pas manger.
Oui. C'était bien ça. Leurs rencontres. Un sourire vint naître sur son visage. Pourtant elle savait d'autres choses sur lui. Rumeurs portées par le vent, captées avec soin, entretenues dans son esprit, confirmées souvent par la suite.

Le moment de sa mort est douloureux, ils avaient des projets. Une charte du bourreau, avec Angelo, pour une application de la justice, plus efficace dirions-nous, en Alençon. Il avait posé des bases qu'elle avait recueilli en attendant de pouvoir les exploiter un peu mieux. Une application plus drôle, plus amusante et plus imaginative. Sourire fugace. Ses descriptions étaient horribles, à grand renfort de détails, d'haleine putride et d'odeurs suspectes mais ô combien divertissantes.
Et l'autre projet... La mairie d'Argentan... Son projet dictatorial, sa refonte des institutions, ses propositions, son recrutement. Leur discussion par mésange interposée. Rapides ses bestioles, la négociation avait été rondement menée et promptement conclue. Bizarrement, ils s'étaient compris assez vite. La ville leur aurait appartenu, eux, le petit groupe délirant qu'il avait formé. Elle n'avait hélas pas eu le temps de lui demander les perspectives pour les Serres...

Que de regrets de temps manqué car tout fut si tardif... Allons.. Le regret n'est pas bon, où qu'il soit, dans un tonneau de bière ou sur un échafaud, il n'en avait sûrement pas.
Des pas derrière elle, feutrés mais doux, une main sur son épaule. Une voix familière et aimée.


-Mon amour, tu te sens bien? Tu devrais te reposer.
-Mon archange, Garnulf est mort... Je viens de l'apprendre. Elle tend ce qu'il reste du message, froissé par la force des souvenirs. Il va me manquer ce bige azimuté...

Il ne dit rien de plus, elle sent simplement son réconfort s'écouler en elle. Tristesse; le bourrel va manquer un moment où elle aurait voulu le voir, coûte que coûte... Il y aura une place pour lui. Reservée. Place espiègle, fugace mais sa place. Près des tonneaux de bière, d'un banc en bois...

-Je voudrais écrire un dernier mot à notre ami mon archange...

Elle capte son regard. A qui l'envoyer? Petit rire, les Serres ne savaient pas lire. Garnulf... Tu n'es sûrement pas seul, beaucoup de personnes te pleurent, pensent à toi. Aelan... Sa bâtarde il lui semblait subitement...
Echange de regards, elle ne va pas se fatiguer pour une simple missive.


Citation:

Garnulf, paix à ton âme si tu y croyais, paix à ton corps, paix à ton souvenir.
Aelan, je te présente toutes mes condoléances. Garnulf nous manquera, sois digne de lui.

Ilmarin et Vilca


Succinct mais impossible de résumer les fous rires et les moments de panique, l'humour et la présence du bige...

Garde moi une place si tu es aux Enfers, on boira des pintes ensemble... Dernier murmure à la mémoire du Libertadien...








[mode HRP: on] Pardon pour le retard l'Bige. Merci pour ces RP, merci pour ces rêves cauchemardesques, merci pour tout. En espérant te voir bientôt, en espérant que tu craqueras et que tu reviendras.
Tout le bonheur du monde pour toi.[mode HRP: off]

_________________


And never means maybe... And I'm moving on... (pour toi mon Ange...)

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home