mardi, septembre 26, 2006

Anoblissement d'Emyriel

"Bondieu d'boudu d'bondieuserie d'abruti d'merde ! V'z'allez m'laisser passer, vindiou d'corniauds ? Voyez pas qu'chuis attendu ?"

Ce qui causait ce raffut était un être de taille inversement proportionnelle au bordel qu'il était en train de causer. Les gardes à l'entrée de la Salle de Cérémonie ne semblaient pas vouloir le laisser passer, alors qu'il brandissait un papier chiffonné devant leur nez.

"C'te satané papier y dit qu'j'ai ldroit d'venir à la sauterie du Comte ! ... Pourquoi ? Mais parce que le crétin qui s'fait anobliautiser, là... Oui, çui qu'est à quat' pattes entres les jambes de vos jouvencelles de la haute... ben c't'un pote à moi. Farpaitement ! ... Et non, j'suis pas ivre, bougre de rédisu d'saindoux, chuis juste en colère après toi et tes acolytes, qui dès qu'on leur donne un semblant de pouvoir, en profitent pour faire souffrir plus petit qu'eux ! ...

Mais tu vas la lire, à la fin, cette invitation, ou il te faut un dessin pour la comprendre ? ... T'sais pas lire... nous voilà malins... Ben non, ch'peux pas t'la lire. moi non plus chais pas comment qu'ça marche. Enfin l'important, c'est qu'ça dit qu'j'ai l'droit d'venir faire la fête avec mes poteaux aux frais du Comte Dugesglin !"


Cette mascarade ennuyait visiblement beaucoup de monde,. D'une part les invités qui faisaient semblant de l'ignorer, tout en n'en perdant pas une bribe. Certains riaient même, voire se moquaient du pauvre hère qui gesticulait son papier à la main.
D'autre part, les gardes également étaient gênés, ne sachant pas quoi faire de ce braillard... Et s'il avait raison ? S'il s'agissait vraiment d'un invité ? Le jeter dehors à coups de pieds bien placés serait une grave erreur de protocole... Déjà qu'ils avaient laissé passer le porchier avec ses bêtes alors qu'ils étaient en pleine partie de dés, commettre une autre erreur signifierait certainement un changement d'affectation... et le retour sur les chemins truffés de brigands.
Enfin, cela contrariait le nain car il avait prévu son coup, et n'avait rien mangé depuis la veille. Son estomac grondait, et l'accumulation de plats et de boissons sous ses yeux lui faisaient encore plus mal... Il aurait bien interpelé l'un ou l'autre de ses amis, mais paraissait-il que c'était déplacé chez les rupins...

Les gardiens regardèrent le hérault avec désespoir, ne sachant que faire de cet énergumène bruyant et encombrant. On ne pouvait déjà plus l'embrocher, s'étant fait remarquer par l'entière assemblée présente...

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home